English 
Français

The Feminization of Migration and Mental Health of Older Parents Left Behind: Evidence from Indonesia

Sneha Kumar, Cornell University

Alors que les études documentent les impacts psychologiques de l'émigration de la progéniture pour le travail sur les parents plus âgés laissés pour compte, on sait moins si ces impacts psychologiques varient en fonction de la composition par sexe des enfants migrants. Cette étude demande si/pourquoi avoir une fille migrante de travail influence nettement la santé mentale des parents plus âgés laissés pour compte. Il examine le cas de l'Indonésie – l'un des plus grands sites de migration de main-d'œuvre féminine au monde – à l'aide de données de panel de 1 880 personnes âgées de 50 ans et plus dans les enquêtes sur la vie familiale en Indonésie de 2007 et 2014. Les résultats des régressions à effets fixes individuels révèlent des implications sexospécifiques : les parents qui avaient une fille migrante ont connu une augmentation plus importante de la dépression que les parents sans enfants migrants et les parents avec seulement des fils migrants. Une analyse plus approfondie montre que la dépression parentale augmente lorsque la fille migrante est célibataire, ce qui suggère que le départ de la fille est un fardeau pour les parents car/quand il implique des conditions qui menacent sa réputation sexuelle et ses perspectives matrimoniales. D'autres explications possibles de l'impact observé (par exemple, les différences entre les sexes dans les transferts, la précarité sur le lieu de travail et les coûts de garde pour les ménages d'origine) sont également explorées. Les résultats soulignent l'importance d'examiner les hétérogénéités dans les expériences de renvoi chez soi, d'autant plus que de plus en plus de femmes migrent pour travailler dans le monde.

Keywords: Population ageing, Gender, Family demography, International migration

See paper.

  Presented in Session 86. Gender, Care and Health