English 
Français

Is son preference increasing or decreasing in Viet Nam? Lessons from the 2009 and 2019 censuses

Valentine Becquet, INED
Christophe Z. Guilmoto, Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

La préférence pour les garçons est étroitement liée aux déséquilibres sexuels à la naissance au Vietnam. Mais les préjugés sexistes sont un sujet complexe lié aux inégalités en matière d'éducation et d'héritage, ils peuvent également être mesurés en tant que composante distincte de la sélection du sexe en utilisant des estimations des différentiels de fécondité selon la composition par sexe. Les parents cherchent à assurer la naissance d'un héritier mâle en continuant à avoir des enfants jusqu'à la naissance d'un garçon. Nous utilisons dans cet article des estimations basées sur les ensembles de microdonnées des deux derniers recensements pour suivre les changements dans le comportement de la fécondité en ciblant les fils. Nous utilisons la diversité territoriale et les variations socio-économiques individuelles pour mettre en évidence les tendances récentes à la lumière de la stabilisation actuelle et du déclin naissant du SRB au Vietnam. Contrairement aux attentes, nous n'observons pas de baisse globale significative de la préférence pour les garçons exprimée par le comportement de fécondité. On détecte même des cas d'intensification de la fécondité ciblée sur les fils. En fait, notre analyse suggère que le plafonnement et le déclin de la masculinité à la naissance peuvent masquer une augmentation des comportements discriminatoires en matière de fécondité. Les parents qui avaient l'habitude de recourir à la sélection du sexe chez les parents peuvent maintenant préférer augmenter leur fécondité afin d'assurer la naissance d'un fils.

Keywords: Gender, Sexual and Reproductive Health and Rights, Census data, Family demography

No extended abstract or paper available

  Presented in Session 144. Spatial and Social Patterns of Fertility