English 
Français

Parenting from a Distance: Children’s Living Arrangements and Migrant Well-Being in South Africa

Sangeetha Madhavan, University of Maryland
Seung Wan Kim, University of Maryland
Michael J. White, Brown University
Francesc Gomez-Olive, Harvard University

La séparation physique des enfants de leurs parents provoquée par la migration de travail est une caractéristique déterminante de la vie des familles noires en Afrique du Sud depuis l'époque de l'apartheid et jusqu'à aujourd'hui. Même si un chômage élevé nécessite souvent une mobilité géographique pour assurer ses moyens de subsistance, les conditions dans la zone de destination sont rarement suffisamment sûres pour accueillir des enfants. Bien qu'il existe des recherches sur les enfants laissés au pays, nous savons très peu de choses sur l'impact de la séparation sur les parents migrants qui peuvent être mis à rude épreuve par le fait de s'inquiéter pour leurs enfants non-résidents. Toutefois, les envois de fonds peuvent permettre aux parents de mieux contrôler les décisions et, par conséquent, d’atténuer le stress. Dans cette analyse, nous étudions trois questions de recherche : 1) Dans quelle mesure de tels arrangements sont-ils associés au stress des migrants ? 2) Dans quelle mesure le sexe atténue-t-il ces effets ? et 3) Dans quelle mesure les envois de fonds atténuent-ils ces effets ? Pour répondre à ces questions, nous exploitons les données de l'étude de suivi sur la migration et la santé (MHFUS) dans la province de Mpumalanga, en Afrique du Sud. Les résultats préliminaires suggèrent que 1) les migrants sont plus susceptibles d'être séparés de leurs jeunes enfants, mais 2) sont confrontés à un risque moindre d'éprouver des problèmes de sommeil que les migrants ayant des enfants co-résidents.

Keywords: Migrant populations, Family demography, Longitudinal studies

See extended abstract.

  Presented in Session 2. Migration, Living Arrangements and Family Wellbeing